Art et musique  Sierre

« L’âme provient de l’harmonie céleste, elle est symphonique »

Hildegarde de Bingen (1098-1179)

 

Compositrice, abbesse, guérisseuse, visionnaire, poétesse et prophétesse, Hildegarde de Bingen est une importante figure du XIIe siècle dont les écrits et les partitions ont survécu jusqu’à nos jours. Elle a écrit un oratorio et 70 symphonies ou chants. Douée d’un don poétique exceptionnel, elle écrit elle-même ses textes, très attentive à la beauté de la création.

Exerçant un réel pouvoir au sein des puissances ecclésiastiques de l’époque, elle obtint l’autorisation de créer son propre couvent et n’hésitait pas à se mettre en colère contre des décisions papales ou à donner son avis sur les grandes affaires en cours. C’est à elle qu’on doit l’introduction systématique du chant et de la musique dans les services religieux et l’emploi des instruments de musique pendant les cultes, pratique qui n’était pas tolérée par les instances catholiques de l’époque.

Dans ses écrits, elle loue la musique comme moyen pour l’homme de réintégrer la voie céleste tracée pour lui par son Créateur et de le célébrer. Pour Hildegarde, le chant et la musique constituent une voie directe aux mystères divins, permettant au corps et à l’âme réconciliés de s’unir à Dieu. La musique canalise les émotions humaines, adoucit les cœurs et modifie les humeurs. Elle peut être le support d’une expérience spirituelle d’une grande profondeur, car elle élève l’âme sur le chemin du salut.

A la suite de cette grande sainte, nombreux sont les compositeurs qui ont mis la musique au service du divin. Pensons seulement à J.-S. Bach. Son héritage humain et musical ne peut nous laisser indifférents.

Jacques Besse, président